interview

Isabelle MAURON est membre fondateur de l’association. Nous la connaissons bien, mais nous aimerions vous la présenter.

Isabelle, pourquoi es-tu autant engagée dans l’association SolAir ?

Je suis Dys  et psychomotricienne. Je suis aussi maman solo de 2 enfants. On voit de plus en plus de témoignages de personne en situation de handicap qui réussisse et je trouve cela très bien et valorisant.

Dans ma perception, mon parcours de vie serait plutôt « chaotique », mais aussi intense et passionnant. C’est ce qui explique mon engagement !

ETAPE 1 : L’école primaire, j’ai de super souvenir, des amis, je suis pleine de vie et d’envie. Je suis quand même obligée de suivre des « cours particuliers » avec la femme du directeur de l’école pour apprendre à lire et écrire plus vite et je suis également des séances d’orthophonie. Pourtant on me dit que j’ai une très belle écriture quand je m’applique.

ETAPE 2 : La 5e : « idiote », voilà ce que me dit mon professeur de Mathématique. À ceci s’ajoutent les notes négatives (les -10/20 !) en dictée et mon incapacité à comprendre quoi que ce soit en allemand…Alors qu’en 6ème j’avais 17/20 de moyenne.

Je ne comprends rien…Mais vraiment plus rien. Tout s’accélère. Je rêve que je suis bilingue, c’est un objectif, mais personne ne le voit.

Mes parents m’encouragent, ils me disent que je suis « intelligente ».

Oui, ok il y a 8 formes d’intelligence…Mais non, je ne me sens pas intelligente du tout…..Comment je pourrais être intelligente au vu de mon incapacité à réussir, à performer à l’école. Mes parents ne comprennent rien de toute façon….

Pourtant au fond de moi je veux réussir, pour moi, pour mes parents et leur montrer qu’ils ont raison et qu’ils peuvent être fiers, mais je n’y arrive pas.

Je passe des heures devant mon bureau….à regarder mon bureau….avec la sensation d’avoir travaillé dur….Mais comme je ne sais pas m’y prendre, comme je ne sais pas apprendre, les notes dégringolent.

Mon prof de math a raison, je suis « débile », en même temps c’est lui l’adulte, le sachant, l’expert !

« J’ai perdu confiance »

J’ai aussi perdu l’envie de travailler (pas mes rêves ils étaient toujours là et d’ailleurs aujourd’hui je parle anglais, et même espagnole car je suis allée vivre 2 ans à Londres et à Madrid).

J’ai commencé à être un peu clown, beaucoup rebelle.

J’ai cependant obtenu mon brevet.

La seconde…Une seconde chance…Non la continuité…Enchaînement d’absence, mais en vrai j’ai adoré la philo et la science économique et sociale. Mais cela personne ne pouvait le savoir, c’était hors de question ! J’étais débile et rebelle, donc inapte à étudier !

Puis j’ai raté mon bac, à l’époque je ne suis même pas allé voir les résultats. À quoi bon. Mais rassurez-vous, m’a vie n’était pas triste et j’ai beaucoup fêté le bac de mes amis ! (J’ai gardé un petit côté clown, avec un sourire sur les lèvres pour cacher mes difficultés…)

En parallèle je réussissais mon brevet de pilote en parapente puis  mon permis de conduire, mon BAFA, 

J’ai toujours travaillé. J’ai voyagé. J’aime dire que j’ai déjà eu plusieurs vies !  J’ai aussi été secrétaire administrative à la DDASS. Mes chefs étaient géniaux, bienveillants et quand j’ai décidé de reprendre mes études ils m’ont encouragé ce qui m’a permis de passer à l’étape 3 !

ETAPE 3 : Validation des acquis de l’expérience et j’ai obtenu un bac pro secrétariat.

ETAPE 4 : 6 mois de préparation au concours de psychomotricien. Et à cette époque, j’avais déjà 2 enfants en bas âge.

ETAPE 5 : Congratulation ! J’ai obtenu mon concours du premier coup et sur liste principale.

Finalement je ne suis peut-être pas « idiote » ?

Quand je mets du sens sur ce que je fais je réussis ? J’ai appris seule l’anglais et l’Espagnole, j’ai un brevet de pilote et maintenant je viens de réussir un concours…. Ma confiance en moi n’est quand même pas au sommet !

ETAPE 6 : Organiser la reprise d’école, je demande un report de scolarité d’1 an, je déménage en région PACA avec 2 lou